Le campement de migrants du Millénaire, à Paris, a été évacué Mille vingt-quatre personnes étaient entassées dans un campement proche de la porte d’Aubervilliers.

Les migrants installés quai du Lot, sur les berges du canal Saint-Denis, entre la porte de la Villette et la porte d’Aubervilliers, à Paris, ont été évacués mercredi 30 mai au matin. Le campement dit « du Millénaire » rassemblait près de quinze cents exilés, venus essentiellement du Soudan, de la Somalie et de l’Erythrée, vivant dans des conditions de très grande précarité dans des tentes massées le long du canal, sous le périphérique parisien. Dès 6 heures mercredi, tous étaient sortis de leurs tentes dans l’attente de leur évacuation, leur sac à la main. Des CRS sont descendus sur le quai, d’autres arrivaient en bateau. Selon les chiffres de la Mairie de Paris, l’évacuation, qui s’est achevée peu après 8 heures, a concerné 1 024 personnes : 937 hommes et 87 « personnes vulnérables » (femmes et enfants), dont 15 mineurs isolés. Les autres migrants du campement étaient partis la veille ou avant l’aube. Notre journaliste Pierre Bouvier était sur place pour suivre  l’opération : 34e évacuation en trois ans L’opération de mise à l’abri, réclamée depuis plusieurs semaines par la Mairie de Paris, a été confiée par le ministre de l’intérieur, Gérard Collomb, au préfet d’Ile-de-France, Michel Cadot, associé à la préfecture de police de Paris. Cinq cent cinquante policiers et pompiers avaient été mobilisés pour ce démantèlement, qui s’est déroulé dans le calme. Les associations d’aide aux migrants et des employés de la Ville de Paris étaient également présents. Cette évacuation est la 34e organisée dans la capitale depuis trois ans. La plus importante avait concerné quatre mille personnes, en novembre 2016. L’évacuation « conduira à l’hébergement temporaire des personnes concernées dans une vingtaine de sites de Paris et de la région parisienne, puis à l’examen de la situation administrative de ces personnes », a déclaré le ministre de l’intérieur, Gérard Collomb, dans un communiqué. image: https://img.lemde.fr/2018/05/30/0/0/9000/6000/1068/0/60/0/be4c92a_15863-dowbf9.8roa8.jpg Les exilés ont été priés de monter  dans des bus partant en direction de dix-huit gymnases « réquisitionnés » en Ile-de-France, où deux mille deux cents lits de camp les attendent. Paris a mis à disposition cinq gymnases, soit huit cents places ; le département de Seine-et-Marne,

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France