Un sociologue est devenu juré à la Cour nationale du droit d’asile. Il raconte et témoigne.

(…) Dans les vingt années qui ont suivi la signature de la convention de Genève sur le droit d’asile, en 1951, la France a reçu trois cents demandes d’asile par an. Qu’elle acceptait pratiquement toutes. Il s’agissait soit de Sud-Américains fuyant des dictatures militaires, soit d’Européens de l’Est échappant à la tyrannie communiste. Des militants de gauche et des anticommunistes. «De race blanche, de religion chrétienne et de culture gréco-romaine», pour parodier la célèbre formule du général de Gaulle sur le peuple français. Tout change à partir des années 1970. En qualité et en quantité. Les demandes explosent ; on passe à 20.000 à la fin des années 1970, à 60.000 dans les années 1990. En 2016, le chiffre a dépassé le plafond des 100.000! Ils viennent désormais d’Afrique et du Moyen-Orient ; aux familles d’autrefois a succédé un flot dominant d’hommes seuls, pour la plupart musulmans. (…) Ce ne sont pas des individus qui leur (nous) demandent l’asile, ce sont des peuples entiers. Ils ne nous demandent rien d’ailleurs, ils exigent. Ils ont le langage des victimes parce qu’aujourd’hui le langage de la victime est devenu celui du maître. Notre sociologue se moque avec raison de la tentative des politiques de distinguer entre vrai droit d’asile et migrant économique. Il n’y a ni droit d’asile ni migrant économique ; il n’y a qu’une invasion des peuples du sud vers le nord qui utilise tous les canaux possibles. Smaïn Laacher reconnaît lui-même que ces demandeurs d’asile «ne sont pas arrivés dans leur nouveau pays mais dans un nouveau pays». N’importe lequel. Les immigrés d’aujourd’hui ne rejoignent plus un pays mais une diaspora ; ils ne veulent plus vivre comme et avec le peuple qu’ils rejoignent mais avec et comme celui qu’ils ont quitté. Ceux qui sont déjà installés – et l’attitude de notre sociologue le prouve à son corps défendant – ne leur ferment plus la porte, de peur qu’ils ne remettent en cause le fragile équilibre de leur propre

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France