Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Macron, l’européen convaincu !
Reconnaissons que le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron, fut l’un des rares, voire le seul candidat à se proclamer européen, un peu à contre-courant de l’opinion très sceptique des Français à propos de l’Union européenne.
Il est européen, mais « en même temps … »
Oui, en même temps, des considérations de politique intérieure lui font parfois renoncer à ses convictions européennes. C’est cet angle qu’a choisi Eric Zemmour pour pointer les limites du président dans ce domaine ! Dans une chronique parue sur le FigaroVox, il l’encourage même à aller plus loin pour prendre en compte plus souvent les intérêts des Français souvent ignorés par l’Union européenne.
« Faisons un rêve, on appellerait cela la démocratie … »
Sur le dossier du glyphosate, Emmanuel Macron a décidé d’aller à l’encontre de la décision européenne de prolonger de cinq ans son utilisation. Au nom de l’intérêt général du pays. Et si c’était ça, la démocratie ?
Il n’a pas tardé ni hésité. Alors que l’Europe prolongeait de cinq ans l’utilisation du glyphosate par les agriculteurs, le président Macron décidait que ce désherbant serait, en France, interdit « au plus tard dans trois ans ». Ce n’est pas le lieu de cette chronique de savoir s’il a raison ou tort ; si le glyphosate est dangereux pour la santé ou anodin ; s’il est indispensable à l’agriculture moderne ou si nos paysans devraient apprendre à s’en passer.
La réaction de notre président est en revanche fort instructive.
Le chantre de la souveraineté européenne démontre qu’elle est un leurre. Le parangon de « A plusieurs, on est plus forts » nous signifie qu’à plusieurs, on peut prendre une mauvaise décision. L’adversaire résolu du repli sur soi nous montre que le repli sur soi a parfois du bon. Et pourquoi ?
Parce qu’il l’a décidé ainsi. Parce qu’il a estimé que c’était l’intérêt de la France. Que l’Europe avait pris une mauvaise décision. Parce que l’Allemagne avait eu tort de sortir de sa réserve à mauvais escient. Qu’on pouvait s’asseoir sur le consensus européen à partir du moment où les

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer