En 1968 les manifestants proclamaient qu’il était « interdit d’interdire» . Cinquante ans après, un député le la République est trainé sur le banc des accusés pour une expression jugée politiquement incorrecte. On en est là. Explications.

Est-ce qu’il sera bientôt interdit juridiquement de parler « d’invasion migratoire » en France ? C’est ce que laisse à penser les réquisitions du Parquet de Paris contre  Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, jugé pour provocation à la haine ou à la discrimination pour avoir évoqué une « invasion migratoire » dans un tweet. 5000 euros d’amende avec sursis ont en effet été requis contre le député. Le 17 janvier 2017, Nicolas Dupont-Aignan , alors candidat à l’élection présidentielle, avait tweeté les propos suivants: « En 2016, les socialistes compensent la baisse de natalité par l’invasion migratoire. Le changement de population, c’est maintenant ! » Le parquet avait engagé des poursuites à la demande de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra). Le procureur a, durant le procès, notamment fait référence à « la thèse » de Renaud Camus sur le Grand remplacement, qui serait « une théorie complotiste et raciste née dans les tréfonds de l’extrême droite française au début de la décennie précédente ». Le diable, quoi. Partie civile, la Licra a demandé notamment 5.000 euros de dommages et intérêts. Délibéré le 6 juin. Si Nicolas Dupont-Aignan venait à être condamné, un nouveau pas dans l’Inquisition judiciaire serait alors franchi, puisqu’il est évident que les ligues de vertus s’engouffreront dans la brèche dès qu’un politique, qu’un dissident, qu’un média évoquera l’immigration sous un angle négatif. Victor Orban dans le collimateur de la justice française ? Si le Premier ministre hongrois résidait en France, nul doute que la LICRA l’aurait aussi signalé au parquet, lui qui, en passe d’être réélu dans son propre pays membre de l’Union Européenne, prône la défense d’une “Europe chrétienne” menacée par “l’invasion migratoire” c’est à dire l’immigration massive, incontrôlée et à vocation définitive sur notre sol. Puisque « Grand remplacement » comme « invasion migratoire » pourraient mener les utilisateurs de ces expressions à de lourdes amendes voire à la prison, reste à savoir quelle expression il

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France