Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Doit-on ou non soutenir le groupe identitaire européen Defend Europe ? C’est une question que tout homme de droite doit se poser. Les dirigeants du Front National, eux, ont publiquement soutenu la dernière action du groupe.
Il y a quelques jours les militants de Defend Europe ont manifesté dans un point de passage de migrants à la frontière italienne dans les hautes Alpes. Comme le note les journalistes de Valeurs Actuelles, l’action menée par les identitaires n’a rien d’illégal et n’a conduit à aucune violence. D’ailleurs, aucune personnalité politique n’a porté plainte contre l’organisation. D’autant que l’action était surtout un acte de communication destiné à faire réagir les citoyens européens qui sont de plus en plus passifs.
Toutefois, malgré la légalité de cette action une organisation d’africains installés en Europe, la Ligue de défense noire africaine, s’oppose à l’association identitaire. Dans une vidéo publiée sur leur page Facebook ils indiquent que les militants de l’extrême droite européenne sont des « nazis », des « négrophobes » qui auraient « traqués » les migrants. Si l’on peut discuter du terme de négrophobie ou de l’accusation de racisme pour les identitaires qui ne le sont pas, le terme le plus choquant de l’affirmation est celui de « traque ». Les mots ont en effet un sens et le terme présuppose que les migrants ne seraient pour les militants nationalistes européens, et donc pour l’idéologie de la droite européenne, que du gibier, des animaux sauvages nuisibles qu’il faut abattre. C’est une erreur de jugement notable qui démontre que la Ligue de défense noire africaine n’a que peu de jugement politique. En effet, si les migrants étaient de fait des cibles collatérales (et temporairement provisoires) de l’action des membres de Defend Europe, c’est bien la politique européenne qui est ciblée, qui est attaquée par le groupe. Il ne s’agit donc que de politique !
Mais la Ligue de défense noire africaine ne le comprend pas comme cela et diffuse la photographie des responsables de l’organisation avec l’adresse et le numéro de téléphone de leurs sociétés. Ces posts partagés des centaines de milliers de fois, notamment par la gauche européenne qui

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer