Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Selon la Lettre A, le gouvernement pourrait faire l’objet d’un remaniement fin septembre, dans la foulée de la convocation de Muriel Pénicaud par les juges d’instruction. Son éventuelle mise en examen obligerait à la sortir du gouvernement et lancerait un jeu de chaises musicales.
Muriel Pénicaud, désormais bien connue ministre du Travail, devrait rencontrer ses juges d’instruction le 21 septembre. Dans l’hypothèse où elle serait mise en examen, Emmanuel Macron connaîtrait un nouveau moment difficile après avoir moralisé la vie politique. Rappelons que cette mise en examen le concerne directement, puisqu’il est reproché à la ministre d’avoir organisé une réunion de mise en selle du candidat Macron aux frais du contribuable et sans passer par des marchés publics.
Schiappa également concernée
Selon la Lettre A, une mise en examen de la ministre déclencherait un jeu de chaises musicales. Muriel Pénicaud est en effet talonnée par l’ex-aubryste (une de plus) Catherine Barbaroux, actuellement à la tête du mouvement En Marche. L’intéressée se verrait bien gravir les marches du pouvoir.
Son éventuelle nomination au gouvernement laisserait la place libre, à la tête du mouvement En Marche, à Benjamin Griveaux, auteur de la délicieuse réflexion sur les névrosés qui protestent contre les réformes macroniennes.

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer