Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Si on analyse le quinquennat Hollande sous un certain angle, on entre en désaccord avec le titre du livre de M. Eric Zemmour, « Un quinquennat pour rien ».
La politique menée par la gauche depuis 2012 va, au contraire, laisser un nombre incroyable de séquelles non seulement dans la classe politique, mais également dans notre cher système démocratique. Autrement dit, les résultats sont au rendez-vous mais sont loin d’être ceux auxquels les électeurs, quelles que soient leurs convictions, étaient en droit de s’attendre…
Un quinquennat clivant :
Qu’il s’agisse du « mariage pour tous », de l’écologie, de la « loi travail », tous ces sujets ont donné lieu à des confrontations, parfois musclées, au sein de l’électorat et à des manifestations avec les nombreux débordements que nous ne pouvons oublier. Encore une fois, nous constatons que les projets menés par cette Gauche le sont maladroitement, et que même si sur le fond des choses doivent évoluer, c’est bien ici la méthodologie et la forme qui sont condamnables.
Gardons aussi en mémoire les blocages de raffineries ou de dépôts de carburants et les difficultés d’approvisionnement auxquelles nos concitoyens ont dû faire face pendant le long conflit social du printemps 2016, et dans lequel le gouvernement s’est pitoyablement empêtré.
A l’inverse de rassembler les Français et d’encourager la cohésion pour construire la société de demain, tout semble fait pour provoquer le division…
<script src=’ src=’
Des échecs cuisants et coûteux pour nous tous :
S’il faut retenir un exemple flagrant, c’est bien l’opération ECOTAXE. Ce projet qui comportait des éléments pour remédier en partie à une trop grande fréquentation de nos axes routiers par les poids lourds, tout en contribuant au financement des infrastructures routières, a finalement été avorté et laisse une « ardoise » non négligeable, étant donné l’avancement aveugle et irresponsable du projet en matière d’équipements (portiques) et de structures (opérateurs de gestion de l’écotaxe). Manifestations et blocages routiers ont eu raison du gouvernement qui, dans le renoncement, a finalement préféré augmenter la taxe sur les carburants pour les transporteurs mais également pour les automobilistes ! Ce point a

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer