Atlantico : Le Front national semble accumuler les déconvenues en ce moment : mise en examen pour abus de confiance de Marine Le Pen, difficultés financières du parti, retrait de Marion Maréchal Le Pen, défaite qui divise les lignes politique au sein du parti : ce mois de juin est-il celui de la défaite intégrale du FN ?

Jean-Philippe Moinet : Après la flagrante contre-performance de l’entre-deux tours de la présidentielle, le manque de crédibilité n’ayant  pas échappé aux Français, le FN est entré dans une spirale de l’échec.       L’ampleur de la victoire d’Emmanuel Macron au second tour (66% des suffrages) a montré qu’une dynamique portait, contredisant toutes les thèses rabâchées sur l’inexorable progression des nationaux-populismes, les idées et les thèmes situés aux antipodes de celles du mouvement d’extrême droite.   Un effet de souffle s’est produit. Les oppositions se sont fragmentées, en quatre pôles rétrécis et mis en déroute : FN, LR, PS et France Insoumise, tous ont subi en un mois le choc de la déflagration macronnienne. Et le FN en premier lieu: du premier tour de la présidentielle au premier tour des législatives, en un mois, il a chuté de 8 points, perdant sa place de premier parti d’opposition, place reprise par LR en pourcentage de suffrages exprimés.  Bien sûr, le FN a davantage de députés qu’en 2012, Marine Le Pen est entrée pour la première fois au Palais Bourbon, mais cela ne saurait masquer une profonde déstabilisation du parti lepéniste, la déprime qui traverse ses rangs, les divisions et les départs (de Marion Marechal Le Pen) n’étant que le reflet de cette situation : au fond, au-delà des protestations qu’il récupère, le parti lepeniste a échoué dans sa stratégie de “dédiabolisation” qui était sensé lui ouvrir les portes du pouvoir. Il a gardé sa marque de fabrique agressive, violente et, malgré le vernis Marine Le Pen-Florian Philippot, ce parti n’a pas fait la preuve de sa crédibilité pour gouverner, bien au contraire. Toute la génération qui succédait à celle de Jean-Marie Le Pen se voit ainsi renvoyée dans les cordes

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France