Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Bonne nouvelle : la France se mobilise contre les « fake news », annonce ce matin le Figaro.
Rien ne me réjouit plus, car j’ai horreur du mensonge et de l’hypocrisie. Les journalistes des médias nationaux sont partiaux, militants, ce sont des activistes de gauche. Ils sont étrangers à leurs propres règles déontologiques. Ils ont tourné le dos aux règles de base qui consistent à ne rien cacher au public, à vérifier auprès des sources multiples la réalité de ce qu’ils affirment, à s’abstenir de faire entendre leur point de vue personnel, et de teinter de leur opinion politique les informations qu’ils rapportent.

Fake News lorsqu’un terroriste musulman attaque des civils, armé d’un couteau, en hurlant Allahou Akbar, et que les médias refusent d’admettre que l’attaque est un attentat terroriste s’il se produit en Israël (vérifiez, vous serez choqué).
Fake News lorsque les politiciens affirment que l’islam est une religion de paix, de tolérance et d’amour, quand les pays musulmans n’autorisent pas l’égalité entre hommes et femmes, la liberté religieuse, l’homosexualité, la liberté d’opinion, critères basiques de mesure de la tolérance selon les normes occidentales ; Fake News lorsque ces experts qui n’ont pas lu le coran se disent fins connaisseurs de l’islam — sans oublier la grosse Fake News d’affirmer que les attentats les plus horribles qui se produisent chaque jour, et perpétrés au nom de l’islam, n’ont rien à voir avec l’islam, comme si un musulman cessait d’être musulman au moment où il commet un attentat.
Fake News lorsque le gouvernement affirme que l’immigration est une chance pour la France, sans jamais expliquer en quoi, et en interdisant tout débat national pour éviter que la vérité se fasse entendre, à savoir que la population y est largement opposée.
Fake News lorsque le taux de chômage de la population afro-américaine est au plus bas de l’histoire, un an après l’élection de Trump, et que les médias attribuent ce beau résultat à Obama. A croire les journalistes, Obama aurait réussi en un an et sans être au pouvoir, ce qu’il n’a jamais pu faire en 8 ans de présidence !
Fake

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer