Le milliardaire américain George Soros écrit dans une tribune que publie le Wall Street Journal qu’il va investir 500 millions de dollars (448 millions d’euros) pour venir en aide aux migrants et aux réfugiés.

Le milliardaire américain George Soros écrit dans une tribune que publie le Wall Street Journal qu’il va investir 500 millions de dollars (448 millions d’euros) pour venir en aide aux migrants et aux réfugiés. L’investisseur répond ainsi à l’appel de l’administration Obama en faveur d’une action des entreprises américaines en réponse à la crise des migrants. (…)    ET AUSSI George Soros : Je “briserai les frontières” et “éradiquerai la maladie du nationalisme” George Soros, le milliardaire mondialiste, s’est engagé à “lutter” contre la “maladie” du “nationalisme” en Europe et en Amérique, promettant de briser les frontières. Soros, qui a récemment écrit dans le Financial Times, a averti que les gens assez stupides pour être “fiers” de leur pays verraient leur “idéologie dominante s’effondrer autour d’eux.” Soros, qui est l’orchestrateur “d’Open Borders” blâme les pirates informatiques russes pour les attaques dont il a été victime en 2016, et le gouvernement du pays a inscrit son organisation ‘humanitaire’ dans une liste noire pour avoir “menacé la démocratie constitutionnelle et la sécurité nationale”. Soros a déclaré au journal libéral de gauche : “On a déjà vu tout cela à l’exception de l’idéologie dominante dans le monde qui est maintenant … le nationalisme. C’est l’UE qui est l’institution qui est sur le point d’éclater.” “Et la Russie est désormais la puissance principale, basée sur le nationalisme”, a déclaré Soros. Breitbart a rapporté:   “L’homme de 87 ans avait envisagé de réduire progressivement l’OSF avant sa mort, mais réalisant l’augmentation de la population mondiale anti-mondialiste et anti-progressistes, il a transféré 18 milliards de dollars de sa propre fortune dans les fonds d’Open Borders en octobre 2017 et s’est engagé à rester le président pendant encore cinq ans – ou plus.” “Je pense qu’on peut dire que j’ai beaucoup de chance avec mes ennemis”, a dit Soros. “Je me sens plus que prêt à me battre et à défendre ce qui est juste.” Le concept de “ce qui

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France