Ce samedi, le gouvernement a joué sa carte : celle de la manipulation, de l’infiltration et de la provocation. Avec l’aide complice de la gauche radicale et de quelques irresponsables.

La tentative du gouvernement de discréditer tout au long de la semaine passée le mouvement des Gilets jaunes en le désignant comme coupable de violences, de dégradations et d’atteintes à la bonne marche de l’économie française avait largement échoué : les Français savent pertinemment qui sont ceux qui cassent, pillent, saccagent et enfreignent la loi à longueur d’année. Ceux-là ne sont pas revêtus de gilets jaunes, mais de survêts gris à cagoules noires. Ils n’ignorent pas non plus que les atteintes à leur pouvoir d’achat, la détérioration de leurs conditions de vie, les entraves à la compétitivité de nos entreprises et de nos commerces ne viennent pas des blocages mais du fiscalisme totalitaire que dénoncent justement les Gilets jaunes devenus porte-voix du pays réel. Ils ont noté que plus de dix milliards d’euros ont été, en un an, subtilisés aux classes moyennes pour être donnés aux très riches et pour subventionner l’accueil des migrants. Ils ont depuis longtemps compris les mensonges du Système et appris à discerner la désinformation du pouvoir. Le soutien de 77 % de nos compatriotes au mouvement n’était donc pas surprenant. D’autant moins que les Français sont dans leur ensemble puissamment saisis d’un ras-le-bol global dont le non-consentement à l’impôt n’est qu’un des aspects. Le rassemblement raté car non suffisamment préparé et largement infiltré de ce samedi à Paris pourrait pourtant inverser les choses, cela pour deux raisons : La faible mobilisation de ce samedi (même si Paris ne doit pas être l’arbre capital qui cache la forêt nationale) et le caractère aléatoire, volontaire mais inencadré, du mouvement laissant place à toutes les manœuvres de l’Élysée et du ministère de l’Intérieur rend la perspective d’un succès d’autant plus incertaine que les buts à atteindre ne sont pas fixés. Macron fera sans doute quelques propositions cosmétiques mardi lors de l’opération réunion/récupération/division qu’il organise mardi. La

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France