Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Je suis totalement favorable aux forces de l’ordre, à la police, à la gendarmerie, à la condition qu’elles soient employées à bon escient, en protection de nos citoyens et en toute priorité contre les terroristes, les délinquants, les voyous et la racaille et non pas contre de « braves gens ».
C’est la raison pour laquelle je me montre surpris et étonné de l’emploi qu’on en fait et des ordres qu’on lui ordonne d’exécuter, sans aucun doute par manque d’expérience d’un ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, placé à ce poste pour récompenser sa fidélité sans faille et non pour ses compétences inexistantes et qui n’a jamais été à la hauteur des circonstances très particulières de ce mouvement populaire, à l’origine.
Ne valait-il pas mieux « passer un deal » avec les Gilets jaunes pacifiques et les protéger des casseurs plutôt que de les confondre ?
Je l’avais précisé, il y a quelques semaines, lors des premières manifestations des Gilets jaunes : « Pourquoi ne pas les encadrer pacifiquement, les accompagner jusqu’à la dispersion, et, au contraire, mettre tous les moyens à la disposition de la lutte contre les casseurs ?
Il est consternant de constater que sont toujours présents des journalistes, des cameramen, pour commenter et filmer les groupes de voyous, hors Gilets jaunes, qui vandalisent, brisent les vitrines, pénètrent dans les boutiques pour voler, etc. et qu’il n’y ait jamais une équipe de policiers pour les appréhender.
Il est consternant de constater avec quel professionnalisme les forces de l’ordre interviennent pour disloquer une manifestation pacifique, jusqu’à leur intervention, et avec quelle faiblesse elles capitulent devant les voyous, la racaille des banlieues, des quartiers, des cités, de toutes les zones de non-droit !
Les exemples foisonnent depuis quelques années et se renouvellent à chaque occasion festive ou lors d’un quelconque accident, ou incident, mettant en cause un ou plusieurs voyous.
De nouveau ce dernier samedi, vers 22 h 30, deux voyous de 17 et 19 ans, du quartier Mistral, à Grenoble, ont été pris en chasse par un véhicule de la brigade anticriminalité alors qu’ils avaient été signalés pour plusieurs infractions routières, feux rouges brûlés, roulant sur les trottoirs

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer