Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Depuis plusieurs jours il est impossible d’écouter la radio, de lire un journal, de suivre un journal télévisé sans que les journalistes ne se sentent pas obligés de nous casser les pieds avec ce qui est arrivé au héros des temps modernes hexaconnauds, plus connu sous le seul nom de Théo. Je ne vais pas insinuer, comme on peut le lire sous certaines plumes, que le gazier occuperait une partie de son temps à des activités commerciales que le droit réprouve et condamne. Je veux bien croire que c’est le jeune homme au casier judiciaire immaculé que l’on nous présente. Cependant, il ne faudrait pas oublier, dans le récit hagiographique, quelques points quant au déroulement des événements. Les quatre policiers mis en cause patrouillaient lorsqu’ils sont repérés par des guetteurs qui alertent aussitôt les dealers du coin en train de bosser. En temps normal n’importe qui estimerait qu’ils ont respecté les termes de leur contrat de travail. Sauf que l’activité en question est pour l’instant encore illégale, en dépit des cris d’orfraie poussés par certains politiciens socialistes et écologistes. Parmi ces guetteurs, payés de 100 à 150€ par jour, en liquide, sans la moindre déclaration à l’URSSAF, se trouve un bon copain du fameux Théo. Ce dernier est d’ailleurs en train d’arriver sur les lieux. Les policiers décident de contrôler les guetteurs, normal, ils font leur travail. Le bon ami dudit Théo a été formellement reconnu par les fonctionnaires comme un de ceux qui ont donné l’alerte. Il fait donc partie de ceux qui sont contrôlés en priorité. Seulement voilà, loin de vouloir se soumettre à ce qui n’est jamais qu’une pratique normale et parfaitement légale, le type cherche l’affrontement. Il s’approche d’un des policiers, corps penché en avant, quasiment à front contre front. Il est repoussé, il revient à la charge et une échauffourée commence. C’est à ce moment que le dit Théo tente de s’interposer et lance à un des policiers «Tu fais pas ça ! J’m’en bats les couilles de ton contrôle. Vous nous cassez les couilles ! Tu fais

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer