Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Je relaye ici un billet d’Ivan Rioufol, un des rares polémistes de droite, qui arrive encore à se faire entendre dans les médias. En écho à son ouvrage : « La guerre civile qui vient« , il décrit la gravité de la situation dans nos banlieues et le renoncement du pouvoir socialiste à y maintenir l’ordre.
Il mêle sa voix à de nombreux intellectuels tels Michel Omfray, Alain Finkielkraut, Gilles Kepel et Eric Zemmour, qui, dans l’indifférence générale des politiques, ne cessent de sonner le tocsin !
La République n’est plus qu’un tremblement
Parce qu’elle redoute la perspective de banlieues en guerre, elle est prête à tous les apaisements, accommodements et autres mots sucrés. Lundi, le premier ministre a dit vouloir « lutter contre les discriminations », à l’issue d’un week-end d’émeutes en région parisienne. Bernard Cazeneuve a aussi reçu les organisations antiracistes, jetant le doute sur l’éthique des forces de l’ordre laissées seules face à une contre-société en ébullition. Un policier est en effet accusé d’avoir violé un Noir, Théo, 22 ans, avec sa matraque lors d’un contrôle antidrogue à Bobigny (Seine-Saint-Denis), le 2 février: une thèse réfutée par la police des polices qui a conclu à un accident.
<script src=’ src=’
François Hollande s’est rendu au chevet de la victime. Il n’avait pas eu ce geste pour les deux policiers brûlés vifs dans leur voiture à Viry-Châtillon, le 8 octobre, par des « sauvageons » (Cazeneuve).
En se montrant prêt, à nouveau, à acheter la paix civile, le pouvoir désemparé perpétue quarante ans de pleutrerie. Le séparatisme ethnico-religieux, en rupture avec la nation, résulte de cette inconséquence.
Elle feint de croire qu’un peuple nouveau, majoritairement musulman, peut se fondre
naturellement dans un vieux pays aux racines historiquement opposées.
Le « vivre ensemble » est refusé par les cités ghettos. Les territoires perdus de la République ont empoché, tel un tribut, les centaines de milliards d’euros déversés depuis 1977 par la « politique de la Ville », sans se sentir solidaires de la société. Persister dans cette fuite en avant, comme le fait le gouvernement, est la pire des solutions :

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer