Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Rendre hommage à Clarissa Jean-Philippe, morte assassinée par une ordure islamiste. Tuée dans le dos par un lâche. Cette policière était une femme noire, son assassin aussi. Nulle excuse, pas de prétexte raciste pour l’intelligentsia. Qu’aurait-on dit si une ordure blanche avait tué une femme noire dans le dos ? La plaque n’aurait sûrement pas été la même.
Pour autant, les lâches politiciens ont occultés le fait qu’elle a été assassinée par le terrorisme islamique. Honte à eux ! De fait, ils ont tuée Clarissa une seconde fois. Une femme si jeune,  bien trop jeune, morte dans ce monde de folie politicien où même la vérité est interdite de présence.
Lors d’une commémoration, exigée par le Président de la République s’est déroulé à Montrouge. Pendant cette commémoration, la délégation du Front National a été exclue volontairement. Ses élus présents furent méprisés !
L’ensemble de la délégation de plusieurs dizaines d’élus, Cadres et Responsables, fut mis devant un mur de CRS et éloignés autoritairement par les forces de police. Nous nous sommes retrouvés devant un barrage de CRS avec bottes et boucliers.
Devant nos protestations virulentes, nos protestations toujours civiles, nos interrogations, le refus même de laisser des membres de la famille de la victime d’assister à cette commémoration, nous n’avons pas eu de réponse. Un silence poli mais froid de ces « gens d’armes » aux ordres de Cazeneuve.
Il y avait plusieurs élus FN du Conseil Régional qui étaient présents, écharpes bien présente autour du cou alors même que ceux de Madame Valérie Pécresse (LR) pouvaient eux, participer et honorer la mémoire d’une policière tuée dans le dos par un assassin islamiste.
Plusieurs dizaines de cars de police, de camions, de voitures. Une véritable armée était présente pour attendre le Président. Il vint en retard, toutes sirènes hurlantes.
Comment ne pas penser que l’on déplace des centaines de policiers, des troupes de CRS pour contenir une simple délégation d’élus et de responsables du Front National et que les banlieues dans le même temps, manquent de policiers sur le terrain.
Qu’elle ne fut pas mon étonnement de constater que cette plaque soulignait le

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer