Partager sur Facebook
Twitter
Google +

En avril 2015, certaines œuvres de Jean d’Ormesson faisaient l’objet d’une édition dans La Pléiade, la plus prestigieuse des collections littéraires. L’écrivain s’est éteint hier à la suite d’une crise cardiaque. Il avait 92 ans.
Auteur prolifique, il était une véritable figure littéraire française
Son roman le plus connu demeure La Gloire de l’empire. Il narre les pérégrinations d’un empereur imaginaire. Paru en 1971, il reçoit dès sa sortie le grand prix de l’Académie française. Jean d’Ormesson fut lui-même reçu à l’Académie française en 1974. Il concluait ainsi son discours de réception : « il y a quelque chose de plus fort que la mort : c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants et la transmission, à ceux qui ne sont pas encore, du nom, de la gloire, de la puissance et de l’allégresse de ceux qui ne sont plus ».
Jean d’Ormesson était également un homme féru de politique
Issu d’une famille d’ambassadeurs et de conseillers d’État, il occupa la tête du Figaro de 1974 à 1977. De sensibilité gaulliste, il fut néanmoins proche de François Mitterrand.
Dans le film Les Saveurs du palais, il joua même le rôle de l’ancien président socialiste.
Habitué de Radio Courtoisie, il apporta son soutien à Nicolas Sarkozy en 2012, et fut très critique du quinquennat de François Hollande. Son goût littéraire surpassait les clivages politiques, et Jean d’Ormesson confiait sans ambages son admiration pour la plume de Robert Brasillach.
On a cependant critiqué sa tiédeur politique et une plume inspirée mais ampoulée.
Quoi qu’il en soit, un hommage unanime lui a été rendu hier par la classe politique. Le président de la République a salué en lui le « meilleur de l’esprit français ». Marine Le Pen et François Fillon ont rappelé que Jean d’Ormesson fut aussi un défenseur des chrétiens d’Orient.
Le Conseil d’État valide des marchés publics inspirés de la « clause Molière »
Cette mesure consiste à inscrire dans les contrats d’appels d’offre de marchés publics une clause imposant la compréhension du français par les travailleurs afin qu’ils soient au fait des normes de sécurité. Ce faisant, la «

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer