Partager sur Facebook
Twitter
Google +
« On n’a pas le droit de serrer la main aux femmes », c’est par ces mots que nos gentils imams maghrébins expliquent leur geste à l’encontre de Mme le préfet du Cher.
Et c’est avec ces gens qu’on nous impose de vivre. Mais voyons où allons-nous ? Ce n’est pour certains de nos amis progressistes pas grand-chose, pour moi cela signifie énormément. Vous savez on dit toujours le diable se cache dans les détails, et ce détail car s’en est un est plus significatif qu’on ne le pense. Il démontre une mentalité, une vision, une idéologie, un savoir-vivre qui n’est pas des nôtres, qui est étranger à ce que nous sommes.
Vous savez le général de Gaulle, que je ne porte pas spécialement dans mon cœur malgré que je reconnaisse sa grandeur par rapport à ce que l’époque moderne nous a apporté en hommes d’Etat, disait « les arabes et les Français c’est comme l’huile et le vinaigre, vous les mélangez dans une bouteille ils se sépareront ». Cette citation est celle d’un visionnaire il faut le dire. Avec notre envie d’évitement que nous mettons en place dans les banlieues nous nous séparons des arabes, nous le faisons d’une façon disons plus hypocrite. Les maghrébins eux nous le disent ouvertement, forcément ça nous choque.
C’est seulement une réalité de 2 peuples qui n’ont pas rien en commun, qui ne refusent de vivre ensemble. Lorsque cette situation est à des milliers de kilomètres, chacun reste dans son coin, et ainsi le problème s’arrête, mais quand ils habitent sur la même terre et que l’un des deux en plus amène les siens pour augmenter en nombre sans être stopper par l’autre, et bien cela amène ce qu’on appelle une guerre ethnique dont on n’échappera pas ici en France, c’est une certitude.
SOURCE VALEURS ACTUELLES

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer