Partager sur Facebook
Twitter
Google +
L’ENA a été fondée pour former une élite au service de l’Etat dont la mission première est d’enseigner aux hauts fonctionnaires le sens de l’Etat. Il existe trois couches étanches de fonctionnaires issus de l’ENA et tout sépare les Enarques supérieurs des Enarques ordinaires. Ils ont passé le même concours, fait les mêmes études, mais les carrières seront totalement différentes à la sortie. Les premiers classés à l’ENA entreront dans les Grands Corps : Conseil d’Etat, Inspection des Finances et Cour des Comptes. Ce sont les Corps les plus prestigieux et on se bouscule pour y entrer compte tenu des avantages exceptionnels procurés par ce titre. Le pouvoir les stimule car il devient alors facile de remporter un siège à l’Assemblée Nationale ou un portefeuille ministériel.
Dans ces écoles, tout ce qui est flou est rejeté, tout ce qui ne peut pas donner lieu à un classement est considéré comme inutile. Tout est basé sur des recettes et non sur des mécanismes de pensée. Les méthodes, les recettes n’ont aucune prise sans la connaissance des problèmes. La compétition est aussi intense pour y entrer mais aussi pour en sortir au meilleur rang possible. On n’apprend pas dans ces écoles à être des meneurs d’hommes, à gérer les conflits, à prendre des décisions, à guider et à animer une équipe, à déléguer et à partager. C’est toujours la sélection sur la seule capacité intellectuelle qui exclut le potentiel humain, l’imagination, l’altruisme, le partage, l’entreprenariat. On fabrique uniquement des bêtes à concours !
Le classement accompagne les élèves d’un bout à l’autre et crée une émulation polluante car toute leur carrière est régie par ce classement. Celui-ci constitue l’épine dorsale de ces écoles, il permet d’entrer dans un Corps envié et transforme ces écoles en machines à fabriquer des frustrés. L’élite qui en sort n’apprend pas à se connaître, à s’évaluer, à s’écouter. Nous sommes dans un monde où la notation pousse à plaire pour réussir et à répéter ce que l’on apprend plutôt que de le comprendre. Pour que notre élite ait la tête bien pleine,

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer