Partager sur Facebook
Twitter
Google +
L’Etat patauge comme d’habitude entre intentions et réalisations. Sauf que l’Etat bicéphale ne sait plus trop où donner de la tête. Jupiter voulait rester dans les nuées et indiquer les bonnes étoiles à suivre. Son majordome, par ailleurs locataire de Matignon, devait tenir la charrue et tracer son sillon. Les étoiles furent sidérantes et le soc laborieux. Le monarque est redescendu sur terre pour rectifier sur le champ. Les impôts étaient pour aujourd’hui et les allègements pour demain. Il faudra tout faire « en même temps », comme si l’incantation valait action, comme si le verbe volontariste et démagogique pouvait tracer une politique sérieuse. Il y a un trou de 8 milliards inattendu, qu’il faudra compenser par des économies imprévues, par exemple le budget de la défense. Cela est contraire aux engagements du pays de retrouver le seuil de 2% du PIB nécessaire pour donner aux armées françaises les moyens d’accomplir leurs missions et accessoirement pour répondre à l’exigence de solidarité de nos alliés. Mais, puisqu’on va abandonner l’Etat d’Urgence, de moins au moins opérationnel, c’est que le risque s’est estompé, ou plutôt que les risques de déception de l’opinion et de dérive financière sont plus importants pour l’exécutif que celui qui porte sur la sécurité. Le pouvoir cultive le hors-sujet. Il a donc récidivé à propos de l’Asile qui va donner naissance à un nouveau plan d’action.
D’une voix mal assurée, le mécano de Matignon a donc tenté, comme la plupart de ses prédécesseurs d’exposer une politique du juste milieu, qui ne résoudra rien car elle se refusera à renverser la table. Les grands mots devraient inquiéter. Chaque fois qu’on fait référence à la grandeur de la France, il y a belle lurette que les Français savent qu’ils auront une pilule amère et inefficace qu’il leur faudra avaler. Le Président avait parlé de notre devoir d’accueillir les « combattants de la liberté ». Par définition, ceux qui fuient un pays en guerre n’y combattent pas, mais justifient par cet argument leur volonté de venir en Europe trouver un séjour plus agréable et du

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer