Partager sur Facebook
Twitter
Google +
À la Sorbonne, un spectacle avec l’effet d’un ténor chantant l’air d’un opéra dont le thème a été : écoutez comme je chante bien et juste ! Autour de moi en Europe il n’y a que des idiots à la tête des États donc du haut de mon arrogance parce que pas né je savais déjà tout, je leur donne encore des leçons : « je chante et le miracle va s’accomplir. Amen je vous le dis. » Tout n’est que com’ et feu d’artifice, du déblatérage inouï d’un ploutocrate mondialiste voulant noyer la France dans une Europe, jusqu’à renoncer à notre souveraineté « régalienne ». Il faudrait donc « arrêter de penser français d’après Macreux la vacuité ? ». Rien que cela !
La pressaille elle-même ravagée du ciboulot salue « l’audace » d’un freluquet mégalomane ayant sniffé de la poudre de « perlimpinpin » avant de régurgiter son dégueulis ! Dommage que cette même presse n’a pas montré le comité d’accueil qui l’attendait : Macron casse-toi…
Sous les lumières et caméras de l’ONU ce fut le mégalomane sauveur de l’Univers.
La signature de ses ordonnances en direct, mascarade entourée de deux candélabres vraiment pas lumineux : Pénicaud et Castagnettes et pour lire deux phrases sans se planter « l’intello » a eu besoin de sortir sa petite feuille de sa poche.
Mercredi ah mercredi, Robin des Rois et Dame Brigitte ont ripaillé aux frais des fainéants, des illettrés de ceux qui ne sont rien et des cyniques sous les Ors du Château, en organisant un déjeuner en l’honneur de 180 grands chefs français, reçus dans le cadre du Bocuse d’Or France. Une première. Les chefs invités à participer aux états généraux de l’alimentation avec un bon cirage de pompes : il les « voit comme des « ambassadeurs vibrants » des territoires », blablabla… Et le plus fort, JupitaRien a encore et sans équivoque lors de son discours devant les Chefs… parlé de lui, en leur rendant soi-disant hommage : « excellence, se lever tôt, ne pas compter ses heures, etc.. », un tartinage de

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer