L’Iraq n’a jamais connu la paix depuis l’invasion états-unienne, il y a quinze ans, de sorte que les électeurs ont perdu confiance dans les différentes institutions politiques qui se sont succédées. Quoi qu’il en soit, ceux qui ont participé au scrutin législatif du 12 mai ont choisi des listes anti-US, sanctionnant ainsi celle du Premier ministre qui pourtant n’avait pas démérité. Les États-Unis parviendront-ils à maintenir le désordre ? Ou seront-ils de contraints de vraiment partir ?

  Source: voltairenet.org  

Voir sur Le réseau Voltaire