Pendant un an, Manon Quérouil-Bruneel, grand reporter, est allée à la rencontre des habitants d’une cité de Seine-Saint-Denis. Religion, drogue, prostitution, petits trafics et grand banditisme : son livre choc, La Part du ghetto, raconte le quotidien méconnu d’une France en marge de la République. Récit de son enquête et extraits exclusifs.

«Il suffit de passer le pont, c’est tout de suite l’aventure!» chantait Brassens. Ça marche aussi avec le périphérique. A moins d’une dizaine de kilomètres de la capitale se trouve un autre monde, à la fois proche et lointain. Avec ses codes, ses règles et ses valeurs. Pendant un an, j’ai tenté d’en comprendre le fonctionnement en m’immergeant dans une cité de Seine-Saint-Denis. Pour pousser des portes qui me seraient restées closes, je me suis appuyée sur l’un de ses habitants, Malek Dehoune, que je connais depuis une dizaine d’années. Ensemble, nous avons eu envie de raconter cette vie de l’autre côté du périph, loin des clichés. Grâce à sa solide réputation dans la cité, la méfiance qu’inspirent généralement les journalistes s’est progressivement estompée. Au fil des mois, j’ai obtenu les confidences de dealers, de mères de famille, de prostituées, de retraités, de grands voyous, de commerçants, de musulmans laïcs et de salafistes. Je les ai écoutés en m’appliquant à ne jamais les juger. Ces tranches de vie racontent un quotidien très éloigné de celui que peignait La Haine – film culte sur le malaise des banlieues françaises et de cette deuxième génération d’immigrés, née en France dans les années 1970, qui a grandi la rage au ventre en ne se trouvant nulle part à sa place. En plongeant dans la cité, je pensais naïvement côtoyer leurs dignes héritiers. Mais vingt ans après, les choses ont bien changé. Les jeunes ne brûlent plus de voitures, ils font du fric sans esclandre, conscients que les émeutes nuisent au business. Pragmatiques, avant tout. «On est des bourgeois, pas des révolutionnaires, comme le résume l’un d’entre eux, surnommé «Chocolat», en référence au shit qu’il vend. On sait qu’on fait pas longtemps dans ce métier. On mène une vie normale,

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France