Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Je ne serais jamais revenu sur « L’affaire Jamel Debbouze » s’il n’avait pas déclaré cette semaine, sur RMC, lors de l’émission sportive « Team Duga » : « J’ai été approché pour être nommé secrétaire d’état d’un gouvernement ». Debbouze a juré qu’il ne s’agissait pas d’une plaisanterie. Je veux bien le croire : il y a, peut-être, un premier ministre assez débile pour avoir proposé, lors de la proposition de son gouvernement au chef de l’état, ce portefeuille à Debbouze.
Lequel ? Je pose la question de savoir qui est ce premier ministre et quel portefeuille pour Debbouze ?
Je vais essayer d’être le plus objectif possible car, tout de même, Jamel Debbouze est soupçonné, par les parents de la victime, d’homicide volontaire ou involontaire, d’un meurtre.
C’est grave non !
Le 17 janvier 1990, Jamel Debbouze a 15 ans. Il se trouve que le quai de la gare de Trappes en compagnie d’un autre jeune de 16 ans, Jean-Paul. Le train Nantes/Paris surgit, Jean-Paul est tué et Jamel a son bras totalement atrophié.
Les parents de Jean-Paul accusent depuis 27 ans Jamel Debbouze d’avoir poussé leur fils, sur la voie après lui avoir dérobé son blouson.
Ils affirment que Jamel Debbouze, qui demeurait à l’époque à Trappes, 19 rue du moulin de la Galette, était, à l’époque, un « voyou », casseur, dépouilleur et voleur de voitures. Il serait venu chercher Jean-Paul, à 17 h. en compagnie de deux autres voyous et ont par la suite voulu lui voler son blouson, blouson que l’on n’a jamais retrouvé depuis !
Après « l’accident » plusieurs témoins affirment sans hésitation que c’était bien Jamel qui l’avait poussé. Tous se sont par la suite rétractés au commissariat de St-Cyr l’École. Tous sauf une jeune fille, Edwige Anzouana qui raconte qu’elle a vu Jamel pousser Jean-Paul sur les voies, mais elle refuse de témoigner par peur des représailles, et on peut la comprendre !
La justice a rendu un « non-lieu » dans cette affaire et, comme à l’époque, Debbouze n’était ni riche, ni connu, il n’a certainement pas bénéficié d’aucun privilège

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer