Selon le Centre d’analyse du terrorisme, 93 ressortissants français revenus de la zone irako-syrienne ont été jugés. Parmi eux, une quinzaine ont déjà été libérés.

La menace terroriste en France est loin d’être écartée. Au contraire. Avec le retour de nombreux combattants sur le territoire, les experts ont alerté sur le risque qu’ils représentent pour la sécurité nationale. Surtout que l’organisation terroriste Daesh appelle ses combattants à frapper l’Occident. Aujourd’hui, ces combattants partis en Syrie ou en Irak et revenus en France sont systématiquement interpellés et placés en détention en attendant leur jugement. En tout, ils sont 258 majeurs (184 hommes et 74 femmes). Certains ont déjà été jugés… et libérés.  C’est ce que révélera le CAT  (Centre d’analyse du terrorisme) dans un rapport prévu pour courant mai sur le traitement judiciaire des “revenants “. Son président, Jean-Charles Brisard, dévoile à RTL.fr que parmi ces 93 jihadistes jugés pour association de malfaiteurs  en lien avec une entreprise terroriste, 59% seront libérés avant 2020.  Sur ces 93 jihadistes français jugés – dont 6 femmes -, une quinzaine a déjà été libérée, surtout entre 2016 et 2017, précise le spécialiste qui a eu accès aux documents. Certains ont bénéficié de relaxes, d’autres de sursis. Ils sont toujours suivis par les services de renseignement. Jean-Charles Brisard s’étonne de peines si courtes, alors que la criminalisation des retours de zone irako-syrienne avait été mise en avant. Selon lui, seulement 6 ont été jugés aux assises, les autres en correctionnel.  source:rtl.fr  

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France