Partager sur Facebook
Twitter
Google +

La SOVAFIM a été jugée « inutile », représentant un « danger pour les contribuables » et en a recommandé « la dissolution » depuis 2011 !

Le rapport de la Cour relève :
–        Une activité initiale déclinante,
–        Une recherche peu fructueuse d’autres biens à céder,
–        Un bilan financier contrasté,
–        Une absence de perspectives,
–        Une diversification peu convaincante,
–        Une gestion critiquable avec un endettement sans nécessité,
–        Une supervision de l’Etat peu exigeante.

La nomination du président de la SOVAFIM, le parti socialiste à la commande
Par décision du Ministre de l’économie et des finances, M. Michel Sapin, a nommé président du conseil d’administration et directeur général de la SOVAFIM, par intérim, M. Christophe Caresche, à compter du 20 avril 2017. Cela fait suite à sa nomination, par arrêté du secrétaire d’Etat chargé du budget, M. Christian Eckert, le 1er mars 2017, au Conseil de l’immobilier de l’Etat, sur proposition du président de l’Assemblée nationale, M. Claude Bartolone. Cette nomination est décidée sous la présidence de M.François Hollandeet trois jours avant le premier tour de la présidentielle.
M. Caresche était député du 18ème arrondissement de Paris depuis 1997, et a démissionné le 26 avril 2017 de l’Assemblée nationale. On peut s’interroger sur les motivations qui ont conduit à cette nomination. En  effet, en libérant cette circonscription, M. Caresche laisse la place à sa suppléante, Myriam El Khomri, alors ministre du travail. Mais malgré le soutien de cette dernière à Emmanuel Macron (ce qui lui a garanti de ne pas se voir opposé un candidat de La République En Marche), elle ne sera pas élue.

Rémunération : 133.000 € brut annuel
La gouvernance de la SOVAFIM est composée d’un conseil d’administration de 5 administrateurs représentant l’Etat, d’un administrateur personnalité qualifiée et d’un contrôleur économique et financier de l’Etat.
« La SOVAFIM s’appuie sur une équipe restreinte et expérimentée, qui mêle des cultures professionnelles issues de l’administration publique et du monde de l’entreprise privée » (« L’Equipe » selon le site de la SOVAFIM). Elle est composée d’un directeur général (qui est également président du conseil d’administration), d’un directeur financier, d’une assistante de direction, d’un juriste et de deux responsables valorisation.
Cette petite équipe s’est partagé en 2015, un montant de salaires avec charges de 1.200 k€ pour une moyenne de 9 salariés (page 6 du rapport de gestion

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer