Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Draguignan (83) – Lui a eu plus de chance. A 1 h du matin, un couple se retrouve face à un groupe d’individus alcoolisés. Ils harcèlent la jeune femme, son compagnon intervient et il est roué de coups, frappé avec un ceinturon.
Valence (26) – Quatre jeunes « ados », de 15 à 20 ans, agressent et violent une jeune fille mineure et handicapée mentale. Ils la forcent à retirer de l’argent d’un distributeur, lui dérobent sa carte bancaire, son code, son mobile et, finalement, la violent. Alertée par ses cris une dame la recueille. Ces quatre « monstres » ont été arrêtés.
Dunkerque (59) – Deux migrants clandestins poignardent un chauffeur de poids lourds qui faisait « sa pause », après plusieurs heures de route. Les deux migrants avaient entaillé la bâche pour se glisser à l’intérieur du camion. Le chauffeur tente de leur expliquer les conséquences et la réponse a été un coup de couteau. Les deux migrants sont en fuite.
Orvault (44) – A la sortie du collège Jean Rostand, un groupe d’une dizaine d’ados agresse un jeune élève de 14 ans. Son père, venu le chercher en voiture, s’interpose. Il est roué de coup et s’en tire avec une fracture ouverte de la jambe (tibia et péroné). Opération et deux mois d’incapacité totale de travail.
Encore à Saint-Denis (93) – Cinq « ados » d’un autre établissement scolaire, armés de battes de base-ball, ont escaladé les grilles du collège Alfred-Sisley, de l’Ile Saint-Denis, à la recherche d’un élève de 5e, qui avait été tabassé la semaine passée dans la rue. Ils ont aspergé de gaz lacrymogène deux membres du personnel ainsi que quelques élèves à proximité. Les 5 « ados » ont pris la fuite en entendant la police. Des scènes de violence identiques se sont déjà produites dans cet établissement et même des intrusions, mais jamais encore de la même ampleur. L’équipe pédagogique a exercé son droit de retrait et plainte a été déposée. Ce nouveau fait-divers illustre la guerre violente que se livrent des bandes des deux quartiers rivaux, celui d’Epinay-sur-Seine et celui de l’Ile Saint-Denis.
Et encore à Marseille – En plein centre-ville, dans le quartier Noailles,

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer