Partager sur Facebook
Twitter
Google +
« Je considère ne plus être en mesure d’assurer la pérennité du modèle d’armée auquel je crois pour garantir la protection des Français », a déclaré le général de Villiers en donnant sa démission après avoir été publiquement dénoncé et humilié par le président Macron.
« La démission du général de Villiers est la plus grave crise depuis le putsch des généraux d’Alger en 1961″ a commenté Vincent Desportes, l’ex-directeur de l’École de Guerre.
Après une semaine de tensions, le départ du chef d’état-major des armées est une première sous la Ve République. Pourtant, il convient de rappeler trois faits qui dérangent :

La France est un État de droit.
Le président est le chef des armées, et le général son subordonné.
Macron a été démocratiquement élu, et a légitimement le droit de limoger son général

On peut contester la cohérence de la décision, mais personne ne peut contester ce droit au président.
C’est ce que fit Vincent Desportes. L’annonce des économies budgétaires décidée par Macron dans le ministère des Armées a provoqué la colère du général Vincent Desportes. Sur Europe 1 le 14 juillet, il dénonçait “l’amateurisme” du gouvernement.
“Nous pensions avoir un nouveau président, et l’on reprend les vieilles manières”

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer