Depuis plusieurs mois, les membres du « petit groupe » (Arabie saoudite, États-Unis, France, Jordanie, Royaume-Uni) tentent d’éliminer la Russie du Conseil de sécurité des Nations Unies. Dans la même veine, la France vient de proposer d’amender les statuts de l’OIAC, l’organisation chargée de vérifier l’application du Traité d’interdiction des armes chimiques —ce qui par voie de conséquence modifierait le sens du Traité—. L’idée est que, puisque la Russie s’est opposée à la version atlantiste de l’affaire (…)

  Source: voltairenet.org  

Voir sur Le réseau Voltaire