Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Lisieux (Calvados) – Ahmed S., 33 ans, avait obtenu, en juin 2017, le statut de réfugié politique et une carte de résident valable 10 ans, par les autorités françaises (toujours aussi bien renseignées !). Or, il s’agissait en réalité d’un Irakien, rentré en France, mêlé dans la foule des demandeurs d’asile (Plus de 100.000 demandeurs d’asile en 2017, en France) qui a été un cadre du groupe terroriste Etat Islamique et a participé physiquement à des massacres, notamment en juin 2014, au camp militaire de Speicher, à Tikrit, au nord de Bagdad,  où 1700 jeunes recrues de l’armée officielle ont été exécutées, entre 2014 et 2015. Ahmed S. a été mis en examen pour « Assassinats en relation avec une entreprise terroriste et pour crimes contre l’humanité ». Une fois de plus est ainsi prouvée la réalité de l’infiltration, parmi les « migrants » de véritables terroristes ayant commis des crimes. Parce qu’il sera inévitablement condamné à mort en Irak, les autorités françaises refusent de l’extrader. Nous allons donc le conserver chez nous et il pourra « radicaliser » en toute tranquillité dans sa prison, avant de ressortir et vivre heureux ! On peut d’ailleurs se poser la question : De quel droit la France peut s’ingérer dans le pouvoir de justice d’un pays ? Comment les autorités françaises peuvent-elles présumer que ce criminel sera condamné à mort, ou à perpétuité, ou acquitté ?
Trappes (78) – Avenue Paul-Vaillant-Couturier, un individu de 36 ans arrache l’oreille de son père, 66 ans, qui se réfugie dans la loge du gardien de son immeuble le visage en sang. A l’arrivée des pompiers, le fils, très excité, les gifle et leur donne des coups de pieds. Déjà condamné à deux reprises pour « apologie du terrorisme », il avait été libéré de la prison de Bois-d’Arcy au mois d’août dernier, dans le cadre d’une libération anticipée. Cet individu est jugé « très dangereux » par les autorités compétentes. Il s’est converti à l’islam et ses menaces de mort contre la police et les non-musulmans inquiètent énormément (on le comprend !) mais il a été tout de même remis en liberté. Notre justice marche vraiment sur la tête !
Cherbourg

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer