Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Insupportable ! Séance câlinothérapie et « en même temps » coup de com’, puisqu’il savait qu’inévitablement les caméras et commentaires focaliseraient sur lui. Il ne sait plus à quel « saint » se vouer ! Délire métaphysique. Lundi soir, le télévangéliste de pacotille a fait un discours à la conférence des évêques de France (CEF). Malgré la séparation de l’Église et de l’État en 1905. Des ministres, des élus, des chefs d’entreprise, des intellectuels, mais aussi des personnes âgées, handicapées, précaires… Ce sont 400 invités qui ont supporté le MacronShow. Essayer d’amadouer des Français qui ne font pas partie de sa « clientèle » : «réparer», dit-il, un «lien entre l’Église et l’État» qui s’est «abîmé», ne pas voir «la part des catholiques» reviendrait à «me condamner à n’avoir de la France qu’une vue partielle; ce serait méconnaître le pays, son histoire, ses citoyens». Car la France «a été fortifiée par l’engagement des catholiques » il fallait oser ! Après Jupiteux, il se prend pour Dieu voulant ramener ses ouailles sur le droit chemin : « qu’un président de la République prétendant se désintéresser de l’Église et des catholiques manquerait à son devoir ». L’Église catholique n’a jamais été bannie du débat public. Quel lien restaurer avec l’État?
Avec les catholiques, il est pour le dialogue avec les catholiques ; avec les agriculteurs rien ne compte plus pour lui que l’agriculture, et dans un élevage de caniches il se mettrait à aboyer. Où est la sincérité ? Nulle part ! Du bon gros racolage lourdingue, il va jusqu’à lancer «un appel à un engagement des catholiques en politique» car «la sève catholique doit contribuer encore et toujours à faire vivre notre nation».
Louant l’Église pour ses «dons» de «sagesse», «d’engagement» et de «liberté» a justifié sa «prudence» face aux «flux massifs» de l’immigration. Et la nécessité de «fixer des limites» compatibles avec les «principes de l’humanité», limites et humanités ne sont pas compatibles, encore du blablabla creux.  Quant aux discussions sur la bioéthique, un bon coup de cirage de pompes, il attend des «recommandations» qui ne soient pas «injonctives». Pour lui, il faut tenir compte

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer