Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Voilà les ministres qui nous gouvernent, voici ce qu’ils sont, les exemples qu’ils donnent. Je rappelle les faits, ce triste M. Cantat tue avec la sauvagerie qui a caractérisé son meurtre mais parce qu’il a fait ses 4 courtes années de prison et bien on annonce qu’il a payé, qu’il est un citoyen comme un autre. Mme le ministre évidemment absous ce vil personnage car son assassinat c’est comme aller à confesse, 2/3 je vous salue Marie, un notre père et tout est oublié.
Cette réflexion de Mme Nyssen est d’une stupidité sans nom, c’est à se demander ce que ces hommes politiques ont dans la caboche. Monsieur Bertrand Cantat est un assassin, il le restera toute sa vie, il a brisé une famille, des enfants, des parents, son acte laissera une trace indélébile à tous ces gens. Il n’est pas ré-insérable, dire le contraire est une absurdité. Et ce n’est pas parce que nos sociétés modernes ont arrêté de condamné, de punir, de châtier qu’il en serait autrement.
Mais que voulez-vous c’est l’inversion des valeurs qui s’impose à nous, les criminels devenant des victimes et les victimes sont condamnées au mieux à l’oubli et souvent même au rôle du coupable.  Elles avaient le tort d’avoir été tuées par ce que nos élites cosmopolites appellent les pauvres bougres.
On se demande bien dans quel pays nous vivons. Dans la France du règne de l’injustice voyons.

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer