Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Par la politique menée actuellement, il semble que nos élites politiques souhaitent le déclenchement d’une guerre civile en France et en Europe.
Mes contradicteurs vont prétendre que c’est nous autres, nationalistes, qui tous les jours jetons de l’huile sur le feu en racontant des histoires d’immigrés violents alors que nous passons sous silence ceux qui réussissent. C’est toutefois un mauvais procès. D’une part nous soutenons ceux qui réussissent – pour rappel la défense de la possibilité du succès d’intégration en France fut l’un de mes premiers articles sur ce site- et, d’autre part, il y a malheureusement plus d’exemples de violence que de réussite parmi les migrants fraîchement accueillis.
Alors, et je soutiens cette hypothèse, bien qu’en valeur absolue 2 ou 3 millions d’immigrés ne représente (la valeur) que 0,5 % des 500 millions d’Européens, la différence culturelle est telle aujourd’hui que l’équilibre européen est en danger. Ne nous trompons pas. Toute nation, toute démocratie, toute union n’est qu’un équilibre instable tant les humains sont fougueux et leurs passions magistralement imposantes.
Et, lorsque l’on observe les fermetures successives des frontières (la Belgique et le Danemark récemment), il est nécessaire de comprendre et d’accepter que cet équilibre est proche d’être rompu.
Ainsi, les peuples européens ont raison de montrer leur opposition à cette immigration qui rompt l’équilibre de l’union.
Toutefois, s’opposer à l’immigration n’est pas s’opposer à l’immigré. Je l’ai déjà écris et me permet de le faire à nouveau. Et, afin que le message soit clair, je vais à nouveau utiliser la même comparaison : être opposé à la misère ne signifie nullement être opposé aux miséreux. Vous viendrait-il à l’esprit que frapper un nécessiteux pourrait réduire la misère ? Certainement pas. Alors pourquoi allé frapper des migrants ?
Il est possible, quoi que fort peu probable, que je manque d’imagination pour ne pas comprendre « l’héroïsme » de ces milices qui se forment en France ou en Scandinavie par exemple et dont l’objectif premier est de taper sur du migrant. Et il ne peut s’agir ici de « soigner le mal par le mal » car le remède trouvé n’en est nullement un. Alors, et amis nationalistes vous devriez

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer