Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Je dois faire ici, une autocritique. J’ai vu dans la nomination de Mme Souad Ayada, Présidente du Conseil supérieur des programmes, une franco marocaine de plus au service de l’islam ! Il semble bien que je me sois avancé un peu trop. L’essentiel étant de le reconnaître !
J’ai particulièrement apprécié la déclaration de Madame Souad Ayada devant la commission parlementaire ad hoc, (formée dans un but précis) sur les manuels scolaires insuffisamment rigoureux sur l’islam en général, le coran en particulier. Trop orientés pour le moins, sur l’enseignement de l’islam. Elle est frappée par les « limites de cet enseignement » un enseignement qui ne respecte pas les règles de « l’histoire critique ».
Tous les Français savent, du moins ceux qui n’ont pas été lobotomisés par les profs gauchistes d’Histoire-Géo, que la critique juste, pondérée, tenant compte des contextes historiques, n’est pas le fort de l’éducation nationale. Au nom du relativisme par exemple, les gauchistes de cette administration ne tiennent pas compte des réalités d’une époque, et qu’ils traitent et mélangent allègrement l’ensemble, à la sauce humaniste. Ces profs gauchistes associent sans souci, des personnages, des acteurs, des fonctions, des lieux. Ils font des comparaisons qui devraient être impossibles entre des rois, des empereurs, des chefs d’états, ainsi que des situations historiques sur des siècles différents, et les amalgament avec une vision politisée du 21e siècle. Ils mettent dans le même panier des faits datant de Clovis, Louis XIV, et comparent sans souci, des femmes comme Jeanne d’Arc, Charlotte Corday ou Louise Michel. Qu’importe pour eux le contexte, tous coupables ou responsables, si cela sert leur idéologie ! Des excuses pour les uns, des mises à la poubelle de l’histoire pour les autres !
Ces gauchistes mélangent tout au nom de leur liberticide vision socialiste.
Je vous donne un seul exemple de ces amalgames : la confusion entre Napoléon 1er  et Hitler que l’on entend souvent ! Les buts, le contexte historique et social n’ont strictement rien à voir entre ces deux personnages ! Qu’importe la réaction anti-Française, ancestrale de l’Empire Britannique, ses financements des 6 coalitions (la première datant de la 1ere République), poussant les feux de la guerre en

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer