La refonte des peines d’Emmanuel Macron.
Une fois de plus Monsieur le président, vous allez à l’encontre du bon sens.
Vous souhaitez, Monsieur le président, résorber la surpopulation carcérale et développer les peines alternatives à la prison sans être taxé de laxiste. Mais ce n’est pas de laxisme dont vous risquez d’être taxé, c’est d’incompétence, et j’explique pourquoi.
Pour ma part, je reste persuadé que le meilleur moyen de réduire la délinquance, reste celui de savoir apporter plus de bienveillance politique sociale et économique. La première politique de refonte des peines doit donc commencer par savoir « être » avec les citoyens, leurs donnant moyen de vivre dans un monde où la culture, l’enseignement, et l’éducation sont des bases incontournables. Ces éducations donnent du sens au savoir être, au savoir vivre, au respect de l’autre, et donc à la conscience que la prédation n’est bonne pour rien ni personne.
Et ce que vous faites Monsieur Macron, votre politique néolibérale, va totalement à l’encontre de cette idée.
Des exemples : Réduire les services publics, réduire les prestations familiales, réduire les capitalisations d’état, réduire le nombre de classes d’école, réduire la capacité d’un jeune à trouver une suite post bac, réduire les égalités entre habitants des campagnes et ceux des villes, réduire via les banques les capacités d’emprunt des citoyens et des entreprises. Réduire les capacités et compétences des syndicats, des prud’hommes, réduire dans tous les cas les pouvoirs d’achat, en augmentant les carburants, les taxes, les impôts, en recalculant les diverses prestations sociales vers la baisse, etc, le tout en bichonnant les fortunes privées, en augmentant de 40% les maires des grandes villes, et en traduisant le sens de notre système laïc.
Ces exemples, Monsieur Macron, ne sont que ceux que vous avez imposé par la force aux Français en moins d’une année, et encore, la liste est non exhaustive.
Ces exemples ne mènent qu’à une chose, une réaction vive de la part de nos concitoyens, devant faire chaque jour avec des vies plus difficiles, réduites en éducations et en ressources, devant par nécessité et par dépit, en passer par des délinquances, des incivilités, allant donc à l’encontre de votre volonté

  Source: gilles-ragnaud.fr  

Voir sur le site de Gilles Ragnaud