L’exercice militaire russe, Vostok 2018, auquel la Chine et la Mongolie ont pris part, ne visait ni à menacer l’Otan, ni à attester des capacités de Moscou. Il avait pour but explicite de préparer le pays à une Guerre mondiale que la Russie estime à nouveau possible. Anticipant le retrait états-unien du Traité INF, il a élevé le pays au niveau de préparation de la Guerre froide.

  Source: voltairenet.org  

Voir sur Le réseau Voltaire