Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Ah, si Versailles m’était conté. Pour épater la galerie Le Monarc a eu recours aux Ors de l’Ancien Monde afin d’en mettre plein la vue aux 140 patrons de multinationales en route pour Davos où les invités ont été chouchoutés dans ce lieu prestigieux, afin de leur vendre la pseudo-attractivité de la France, à la santé du contribuable. Les grands chefs d’entreprises sont pragmatiques, il ne suffit pas de leur offrir un déjeuner et un dîner signés Ducasse pour les amadouer. Il a reçu les champions de l’optimisation fiscale et à Davos, il a critiqué cette même optimisation, margoulin va !
L’Élysée a fanfaronné après ce sommet en annonçant 3,5 milliards d’investissements étrangers, chiffres gonflés pour l’« usine France ». C’est l’enviable tableau qu’il a mis en scène censé illustrer le charme retrouvé de l’Hexagone. Un seul exemple : Novartis, auquel le gouvernement prête l’intention d’investir 900 millions : décision prise et annoncée il y a près de trois ans, en 2015. Cette somme comprend la construction du nouveau siège social du laboratoire, à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine). Depuis 2015, le bâtiment a d’ailleurs eu le temps de sortir de terre et sera livré au printemps. Les annonces faites concernent les « services » et non l’industrie. Et surtout, une dispense temporaire de paiement des cotisations d’assurance-vieillesse sera instaurée pour les expatriés étrangers qui reviendront. Promesse de création de 2200 emplois sur cinq ans, et l’on devrait applaudir ? « En même temps » Carrefour annonce la suppression de 2400 postes ! L’exercice du pouvoir réside parfois dans l’art de raccommoder des fonds de sauce déjà utilisés, tout en faisant croire que c’est vous qui les avez concoctés, alors que les investissements annoncés correspondent à des décisions prises en 2014 et 2015 !
Si les entreprises promettent d’investir, ce n’est pas pour les yeux de fouine de PtitMacron, c’est bien en revanche grâce à la reprise mondiale et surtout…. À la méga réforme fiscale de Trump !
Gabegie : rien n’est trop majestueux pour Le Monarc qui compte bien faire de Chambord un fer de lance de sa « diplomatie ». Il entend pour cela s’appuyer sur

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer