Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Qu’est-ce que c’est beau la diversité heureuse. Celle imposée par les gouvernants à nous sans-dents, et peut-être même sans couille qui acceptons l’hérésie républicaine. Voilà la nouveauté, il paraît que c’est moderne, que c’est bien, qu’elle nous permettra le bond en avant tant attendu. Nous sommes heureux de nos chances, mais ne soyons pas égoïstes, offrons-les à nos amis européens, seulement ils n’en veulent pas. Bizarre, ne savent-ils pas qu’ils sont une chance pour nous, il n’y a pas de raison qu’ils ne le soient pas pour l’ensemble de l’humanité. Nous n’avons pas à priver les autres de ce bonheur ce serait totalement inhumain, nous sommes la France nous devons partager cette joie. Notre universalisme nous le demande.
Evidemment rien de tout ça est vrai, vous l’aurez sûrement compris, le soucis c’est qu’en haut ils sont persuadés mordicus du contraire, nous rajoutant à chaque élection de nouveaux trublions combattant en réalité le peuple réel. Entre ceux qui mordent les chauffeurs de taxi, ceux qui tabassent des opposants politiques, ceux mois important dans la hiérarchie politique qui volent, qui prêchent contre la France, qui menacent, ou tenez-vous bien et tout est réel ceux qui séquestrent au sein même de mairie, on voit qu’il s’agit de la fine fleur des élites de l’étranger. C’est pénible, très pénible, déjà que nous nous portions on va dire assez mal, voilà qu’on rajoute à ce délire républicain, des personnalités qui n’ont de Français que le sol sur lequel ils sont nés. Rien ne les rattache à nous, ni l’héritage historique, ni le culte, ni les valeurs, ni la soumission à la France, rien.
Je vais forcément faire ce parallèle avec la sénatrice Samia Ghali, puisqu’après l’arrestation de son chauffeur personnel pour trafic, nous apprenons que celle-ci est mouillée dans des histoires pas très catholiques ou plutôt pénalement répréhensibles. Cette dame sénatrice depuis 2011 « est visée depuis mai 2016 par une enquête préliminaire du PNF sur son patrimoine et notamment sur les conditions d’achat de sa villa du quartier chic Roucas-Blanc, sur les hauteurs de Marseille. Les investigations du PNF portent aussi

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer