Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Depuis 5 ans nous nous inquiétons, nous mettons en garde, nous prévenons, et toujours en vain et aujourd’hui c’est l’Union Européenne, cette « union » qui sciemment, volontairement, a mis en place cette invasion, qui s’émeut devant la certitude, à présent, que des millions d’Africains et de Maghrébins se préparent à fuir massivement leur continent pour rejoindre l’Europe.
L’appel au secours de FRONTEX, l’agence européenne de surveillance des frontières, prouve que l’Europe commence à paniquer réellement devant l’arrivée de plus en plus massive de migrants clandestins en provenance du Maroc et de l’Algérie, dont 40% passent par l’Espagne.
Une très forte hausse est déjà prévue pour 2018 et l’Union Européenne ne sait plus quoi faire devant ce scénario catastrophe qui ne fait plus aucun doute.
Dans une très récente conférence, il y a quelques jours à Madrid, le directeur de FRONTEX, Fabrice Leggeri, a lancé des signaux de détresse.
« Frontex n’est plus très loin de la saturation. Les arrivées par mer ont triplé en 2017 (23.000 migrants). L’Espagne est devenue une voie prioritaire d’arrivée de ressortissants algériens et marocains, plus de 10.000 depuis le milieu de l’année 2017, et cela malgré les interventions quotidiennes des garde-côtes algériens qui interceptent régulièrement les « fuyards » et confisquent bateaux et moteurs (plus d’une trentaine ces derniers jours)
L’Italie a clôturé 2017 avec plus de 119.000 arrivées et l’OIM (Organisation Internationale pour les migrations) a dénombré 194 morts ou disparus durant les traversées.
Frontex n’est plus très loin de la saturation.
Avec ses deux bateaux, ses deux avions et une centaine d’agents, Frontex ne peut se trouver partout en Méditerranée. Elle doit, actuellement, s’engager davantage aux larges des côtes du sud de l’Espagne et de Gibraltar, en collaboration étroite avec la police nationale et la garde civile. »
*Il signalait le danger d’un basculement du Maroc dans le chaos.
*Il s’inquiétait devant les propos alarmistes de la presse algérienne prédisant un retour des fondamentalistes musulmans et des sombres années 90.
*Il craignait l’impossibilité de stabiliser la situation sécuritaire au Sahel, au Soudan, au Niger, au Tchad, et dans d’autres pays africains.
*Il prévenait que FRONTEX manquait de moyens humains et matériels pour

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer