Selon la presse allemande, le Bundesnachrichtendienst (services de Renseignement allemands — BND) s’est procuré un échantillon de Novitchok durant les années 80 auprès d’un transfuge ex-soviétique. Ce produit aurait été partagé avec les États-Unis et le Royaume-Uni afin de développer des protections et des anti-poisons. Cette révélation contredit la théorie du gouvernement de Theresa May selon qui seule la Russie disposerait de (…)

  Source: voltairenet.org  

Voir sur Le réseau Voltaire