Partager sur Facebook
Twitter
Google +
La France macronienne de 2018 ou plutôt les élites dirigeantes de notre pays ont choisi. Elles offrent le gîte, le couvert et la petite allocation aux étrangers venus spolier la nation et elles laissent le Français mourir dehors dans la rue. C’est la politique en vigueur, celle qui s’est imposée dans nos esprits. Nos dirigeants la haine du pays en tête s’agenouillent face à la nouvelle population censée remplacer l’indigène de France.
Le Conseil d’Etat l’organe juridique de l’Etat annonce sans rire que l’allocation logement versée aux demandeurs d’asile est insuffisante. Vous avez bien lu en effet. Il est surprenant pour le commun des mortels que ces gens qui sont ici illégalement puissent toucher une aide au logement.
Quelle nouvelle originale n’est-il pas ? Je ne la créé, ce n’est pas une de mes inventions, il s’agit d’une réalité, que chaque année je déplore de raconter. Je n’ai aucun plaisir à le faire puisqu’elle signifie la décadence du pays où je suis né. J’aimerais qu’il en soit autrement et je voudrais tant rédiger de jolis textes sur le bonheur de vivre sous Macron ou avant sous Hollande et tous les prédécesseurs, très sincèrement. Mais je me dois de le dénoncer, de faire ouvrir les yeux aux nôtres qui n’y croient toujours pas, d’assumer cette envie de révolte contre un état spoliateur propageant l’injustice. Oui j’ai écrit sur tous ces faits et j’en reparle et en reparlerai encore, tant que cela existe, tant que je le vois autours de moi, je ne peux le taire. Ce serai criminel même, ça signifierait que dans le fond je me fiche de la situation, que je suis trop lâche embourbé dans mon petit confort. Me couvrant les yeux face à une misère nationale toujours plus importante et touchant les nôtres.
Que dirait les générations futures ? Quelle France laisserons-nous ? Nous remercions nos ancêtres d’avoir fait des siècles durant une grande nation et où que j’aille dans le monde, les étrangers me rappellent cette grandeur. A leurs yeux la France c’est quelque chose. Ce n’est pas grâce à moi ou à mes contemporains

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer