Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Le voilà notre avenir, obligé d’en finir puisque nous finirons à la rue, jetés par les pouvoirs publics de nos maisons que nous avons mis une vie à payer. Pas de pitié, ils n’en n’auront aucune contre nous lorsque ce moment arrivera. C’est le lot des peuples ayant abandonné leur pouvoir à des gouvernants préférant l’autre, celui qui arrive de là-bas, qui n’est pas d’ici, de chez nous. Ils ne veulent plus de nous, c’est une évidence, nous sommes ainsi des gêneurs sous notre propre toit. Ces indésirables s’installent à notre place, sur nos terres, nous narguant disant qu’ils sont plus Français que nous, on aura tout entendu.
On commence par nos anciens, ils paieront les premiers, de la haine de ces élites cosmopolites voulant établir les leurs, ces nouveaux colons, qu’ils adulent.
C’est typiquement ce qu’il s’est passé avec ce couple de retraités qui s’est suicidé après l’expulsion de leur maison, alors évidemment ils avaient des dettes, mais qui aujourd’hui n’en a pas, surtout au vu des minables pensions de retraites que perçoivent nos aînées après souvent une quarantaine d’années de travail. Ils ont la dignité de ne jamais en parler à leur famille, ni même de faire la charité, ils ont préféré partir dans le silence sans rien demander à personne, digne, pas comme ces gens spoliant nos terres la main tendu et pour qui c’est jamais assez.
Alors souvent lorsque j’écris ce type d’articles, je reçois toujours des commentaires de gens très attentionnés qui me disent mais attendez il existe l’assistante sociale, ou telle ou telle service CAF ou que sais-je encore ?
Nos anciens par exemple comme le démontre cette histoire en sont écartés au profit de l’immigration, des clandestins, des jeunes de banlieues, de femmes seules qui dans le fond ne le sont pas, et de toute la catégorie de parasites vivant aux crochets de la générosité nationale. Marchez un peu dans les grandes villes dont Paris et hormis les Roms qui sont un cas un peu unique dans les annales, globalement les miséreux que vous trouverez dans la rue sont des nationaux.

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer