Extrait de l’Édition du 26 février 2018 Réinfo, journal d’information bimensuel du Parti de la France

La politique, c’est une question de choix. Et de moyens pour les mettre en œuvre. Fin janvier, la presse s’est émue, pas trop longtemps, certes, de voir les salariés des EHPAD se mettre en grève, dénonçant un manque de moyens, et donc de personnel, induisant un travail mal fait, et dans l’urgence. « Je suis stressée donc stressante et à mon sens maltraitante », c’est ce que confiait, fin décembre, dans une lettre ouverte au ministre de la Santé, une infirmière d’EHPAD épuisée, tant physiquement que psychologiquement. Les témoignages étaient souvent poignants et terrifiants. Les Français découvraient que leurs parents mouraient dans des conditions indignes et dans un dénuement total. Pour répondre à cette détresse, celle des soignés comme celle des soignants, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a posé sur la table 50 millions d’euros. C’est-à-dire bien trop peu, disent les professionnels, au vu des besoins. « L’État qui finance la partie soins médicaux des EHPAD a prévu 100 millions d’euros supplémentaires pour 2018, j’ai rajouté 50 millions fléchés ! C’est déjà énormément d’argent ». C’est ce qu’estime la Ministre. Pourtant, il n’y a pas assez de personnel, pas assez de lits, pas assez de soins. Alors, ne pas financer les EHPAD est un choix politique, surtout quand on compare avec le coût de ce qui suit…   Ce n’est qu’un des aspects de l’immigration-colonisation qui ravage notre continent, mais le cas des mineurs étrangers non-accompagnés, les MNA, est significatif. C’est un gouffre financier sans fin, une ruine financière pour les départements qui en ont la charge via l’Aide sociale à l’enfance. Voilà une mission de service publique, destinée à la protection des enfants français en danger dans leur famille, complètement dévoyée. Comme pour l’emploi, les allocations sociales, les prestations médicales, les logements, les transports, la sécurité… la protection de l’enfance est hors d’état de fonctionner à cause d’une immigration incontrôlée et massive.   « Le nombre de mineurs isolés est en progression exponentielle » selon les dires d’une représentante du Conseil départemental de Seine-Maritime. L’ASE 76 fait

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France