Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Il n’entend rien, il ne comprend rien et n’écoute rien. Il a une feuille de route qu’il applique bêtement sans tenir compte de la société française, et le peu de « décisions » qui viennent de lui, ne sont pas en adéquation avec la réalité. Il saute sur sa chaise comme un cabri en disant toutes les cinq minutes « le monde avance, il va vite.. » mais lui-même ne sait pas où il va !
L’autoproclamé Jupiter qui « jouait » à la parole rare bascule dans une forme d’hubris communicante. Son hyper-exposition banalise la représentation présidentielle et sa présence est toujours plus sursaturante. Elle désacralise, « dé-jupitérise » mais traduit une surestime de soi. À vouloir incarner tous les rôles à la fois, il dévoile le MacGuffin immatériel de sa stratégie : la symbolisation théâtrale qui l’accompagne depuis son entrée à l’Élysée, qui finit par se voir, comme si l’excès de représentation palliait aux ambiguïtés de l’action. Le « en même temps », cette fameuse  « proposition unique de vente » dont parlent les publicitaires peut-il être la langue de tout un quinquennat ?
« Son mandat ? Favoriser l’enrichissement de l’élite citadine mondialisée ! La bourgeoisie d’affaires, en marche. Oligarchies d’affaires, finance triomphante, permettant toutes les spéculations possibles, perspectives économiques, autrefois avec l’industrie et le commerce maritime, aujourd’hui avec les services mondialisés et la révolution informatique, main d’œuvre, en France et à l’étranger, à exploiter sans vergogne. Après la catastrophe hollandaise, il s’agissait de remettre de l’ordre, de faire fonctionner un État efficace « à la main » d’une élite bourgeoise citadine, ambitieuse et internationale. La centralisation administrative, judiciaire et financière, avec les départements, l’institution des préfets, la banque, les lycées et l’université, etc. Créer les conditions, la « base étatique », dont cette élite a besoin pour les promesses d’enrichissement qui se présentent. Dans cette vision, LE PEUPLE, évidemment, n’a aucune place. Depuis que Macronéron a été élu, et malgré le coup de com’ permanent, qui ne fait pas une politique, nous n’avons pas de signaux de sa part vers la France « périphérique ». On peut craindre qu’il n’y

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer