Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Claire O’Petit, député LREM, s’attaque aux chochottes qui hurlent contre la baisse de 5 euros des APL décidée par le gouvernement français. Elle fait partie des rares politiciens qui osent dire le vrai et a gardé la tête sur les épaules.
Dans le HuffPost, elle a eu ces mots de bon sens :
“Mais bon sang, regardez un petit peu ailleurs ! Whouuu ! Ça va ! Ça va messieurs, dames. Arrêtez. Si à 18, 19 ans, 20 ans, 24 ans vous commencez à pleurer parce qu’on vous enlève cinq euros [par mois], qu’est-ce que vous allez faire de votre vie ?”

Comme elle a raison !
La culture de l’assistanat est une fabrique de mollassons sans colonne vertébrale dès le début de l’âge adulte. À un âge où ils devraient songer à construire, à créer, à s’épanouir, à prendre des risques, ils préfèrent s’installer dans le confort routinier des aides sans rien faire — ce qui n’encourage pas à faire.
Le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard a dénoncé mardi le cercle vicieux : la hausse des aides personnelles au logement entraîne une hausse systématique des loyers, et il appelle à des « réformes structurelles » pour mettre fin à un « système pervers » responsable d’une inflation des loyers.
« Quand on met 1 euro de plus sur l’APL, ça fait 78 centimes de hausse des loyers: il faudra bien sortir de ce système qui est pervers » a dit le ministre.
Je ne sais si c’est vrai. Je ne sais pas s’il ment. Je ne sais pas si les loyers arrêterons de monter si l’APL n’augmente plus ou s’il prend les gens pour des imbéciles.
Je ne peux cependant qu’approuver le raisonnement, mais fais remarquer que le gouvernement et les grands corps d’État feraient mieux de réduire leur train de vie et leurs dépenses propres, leurs immenses avantages fiscaux et sociaux, leurs augmentations de salaire et primes insolentes, leur système de retraite sur mesure parce qu’ils considèrent que celui qu’ils ont voté pour les Français est médiocre, au lieu de faire toujours supporter les économies par

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer