Partager sur Facebook
Twitter
Google +

 
Comprenez bien, je ne vais pas rédiger un texte aux vitrioles, ou comme m’accuse chaque jour la gauche de vouloir « racialiser » le débat. Le but n’est pas d’engendre la haine mais de dénoncer ce qui n’est pas le fondement de notre pays.
Depuis des siècles les principes de la France étaient d’assimiler les immigrés, ceux-ci devant par obligation se fondre dans le moule national. Les récalcitrants devant quitter l’hexagone dans les plus brefs délais. Je prends l’exemple des 2/3 de polonais ou d’italiens expulsés de France dans les années 30, ce qui représentaient plusieurs centaines de milliers de personnes. La France ne transigeait pas sur ce modèle et tout fonctionnait. Les étrangers devenant français l’étaient au même titre que les français autochtones. Et personne ne voyait rien à redire puisqu’il n’y avait plus de différence identitaire entre eux.
Seulement au nom du droit à la différence, nos gouvernants ont cru bon abandonner ce modèle pour se calquer sur les américains et le communautarisme anglo-saxon. Ainsi, nous définissons les gens suivant leur appartenance ethnique et nous leurs permettons ou plutôt encourageons à garder leurs rites et cultures d’origines mêmes si celles-ci sont en totales contradictions avec les valeurs françaises. Ces phénomènes dramatiques et tellement courants ont inondé nos rues, voilà que ceux-ci aujourd’hui arrivent en politique.

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer