Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Il y eut une époque où les politiques, les députés avaient de l’honneur et du panache.
Je ne rappellerai pas les saillies de Clemenceau lors de débats à l’Assemblée nationale, comme cette réponse à Jules Ferry, socialiste, qui exaltait le rôle civilisateur de la France à l’égard des « races inférieures » : « Races supérieures ? Races inférieures, c’est bientôt dit ! Pour ma part, j’en rabats singulièrement depuis que j’ai vu des savants allemands démontrer scientifiquement que la France devait être vaincue dans la guerre franco-allemande parce que le Français est d’une race inférieure à l’Allemand… »
C’était une époque où les politiques avaient de la culture, connaissaient leur Histoire de France, avaient du verbe, de l’éloquence. On se souvient de Jean Gabin dans le film Le Président, dont on imagine bien Clemenceau en filigrane, lors d’une séance à l’Assemblée nationale. De cette verve alliant l’ironie à l’humour, pour finir par l’estocade finale et dévastatrice. De son discours sans appel, et de son mépris pour les bassesses et les petites manœuvres hypocrites des élus banquiers. Et déjà, hélas, cette lâcheté des journalistes. Ce film n’a pas pris une ride. Pire, il est la preuve, aujourd’hui, que nos députés actuels feraient honte aux roublards et aux vendus de la IIIe et IVe République. Ce n’étaient pas tous des saints, mais ils avaient encore de l’honneur !
Aujourd’hui, les députés sont plus lâches, bien plus incultes, aux discours et aux déclarations sans âme, sans élan, sans patriotisme, sans amour de leur pays, et parfois dans la haine de celui-ci. Sans intérêt, hormis le leur le plus immédiat. Leur langage s’est appauvri et ils trouvent normal d’être au plus bas niveau, celui des trottoirs, celui des cités « défavorisées », celui de la racaille, de ces Français de papier sauce beur !

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer