Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Madame Boyer a raison, la France est atteinte d’une maladie rare jamais vu dans son histoire, les déséquilibrés se sont multipliés à vitesse grand V.
Les médias Français me feront toujours rire, ils sont les tartuffes de notre société moderne, prisonniers qu’ils sont de leur idéologie imbécile. Ils n’osent plus rien dire, plus rien décrire de peur d’être brocardé par leur caste qui leur permet de jouir des diners en ville et d’une position sociale que peu de Français peuvent prétendre. Ils sont donc tous la main devant leur bouche à tourner la langue des centaines de fois afin de ne surtout froisser aucune minorité revendiquée de cet hexagone.

Comprenez celles-ci ayant la susceptibilité à fleur de peau et la revendication communautaire facile, il faut éviter toute vérité qui fâche. Par conséquent on gomme les noms à consonance des criminels, on floute les visages ou les peaux plus mâtes qu’à l’accoutumer, on ne doit rien reconnaître, ne jamais voir de différence ethnique, physique ou religieuse. Tous pareils. Les chances pour la France doivent le rester, elles ne peuvent agir de façon illégale ou alors par misère, désespoir, ou discrimination. Elles sont contraintes de semer la mort autours d’elles car lâchement provoquées par l’indigène de France qui lui garde ses bas instincts meurtriers. Et oui rappelez-vous, le « babtou », « le gaulois », « le souchien » est un criminel en puissance, il possède ce mal au fin fond de ces gènes. Il est responsable de tous les maux de l’histoire mais surtout des plus graves. L’esclavage, la colonisation, l’holocauste, c’est lui, il est coupable. Sa présence a pour but d’humilier cette pauvre et fragile diversité, si belle dans sa rosée du matin, elle est si douce qu’on voudrait la porter dans ses bras, réchauffer son petit cœur et lui dire qu’on l’aime. Notre obligation serait de nous abrutir de son « rap » si mélodieux et raffiné. Ses paroles au clair de lune nous font à tout un chacun verser notre petite larme. Les « niques la France », ou « nous allons violer

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer