Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Le discours de politique générale tenu hier par Édouard Philippe a permis de vérifier que le quinquennat Macron sera la continuation de Hollande. Avec quelques allusions à Juppé, bien entendu.
On a un peu tout entendu sur Macron et sa fine équipe: libéralisme, modernité, et autres fadaises. Dans la pratique, entre le discours de Versailles et la déclaration de politique générale d’Édouard Philippe, on commence à être fixé sur ce que sera la philosophie au pouvoir pendant cinq ans. En voici les grands points.
La continuation de Hollande par l’absence de réformes systémiques
Le point le plus saillant de la déclaration tenue hier tient sans doute à l’abandon des grandes réformes évoquées un temps. On placera au premier rang de celles-ci la réforme systémique des retraites.
Pendant la campagne électorale, Macron avait annoncé un système par points. Dans la pratique, cette réforme semble abandonnée, au profit d’une démarche beaucoup moins ambitieuse, fondé sur un principe peu expliqué: qu’un euro cotisé donne le même droit pour tous.
On remarquera que l’expression « retraite par points » a disparu du langage officiel. Pourtant, cette idée avait un sens et méritait d’être creusée. Elle était probablement la grande réforme de structure, la seule au demeurant, qu’Emmanuel Macron ait amené dans sa campagne.

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer