Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Laurent Wauquiez veut limiter le « droit du sol ». Il a raison, mais trop peu et trop tard. Au Parlement, avec mes amis de la Droite populaire, au sein de l’UMP, j’ai défendu l’abrogation de ce droit dont l’érection en tabou de la République est une imposture. J’aurais aimé, à l’époque, que l’actuel Président des « Républicains » fût déjà sur cette ligne, mais ce n’était pas le cas. La sagesse populaire dit qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire. Certes, mais on perçoit la difficulté : comment faire confiance à un parti qui propose aujourd’hui de prendre des mesures qu’il n’a pas mis en oeuvre lorsqu’il était au pouvoir ? La posture est facile : d’abord, on s’attaque au droit du sol ce qui permet, si j’ose dire, de reprendre pied sur le terrain de la vraie droite, puisque Macron captant l’électorat centriste, c’est là que se trouvent désormais les électeurs, par ailleurs supposés déçus par le Front National ; ensuite, comme LR ne compte que cent députés, on ne risque pas de faire passer une loi en ce sens ; enfin on botte en touche référendaire pour faire gaulliste et démocrate, sans la moindre chance que la consultation soit organisée, puisque Nicolas Sarkozy s’est ingénié à rendre le référendum d’initiative populaire à la suisse impraticable lors de la réforme constitutionnelle de 2008.
Les réactions à la proposition de Laurent Wauquiez éclairent non seulement la situation présente mais le lourd passé de la droite parlementaire dans notre pays, à laquelle j’ai malheureusement appartenu. Chaque fois que la droite a esquissé le désir d’être une vraie droite, comme semblait l’être le RPR jusqu’en décembre 1986, elle a séduit les électeurs mais elle s’est trouvée confrontée à une quadruple opposition : en premier celle d’une large partie des médias empressés à relayer les éléments hostiles de la société civile ; en second, la réticence du parti centriste avec le risque qu’il rejoigne une partie de la gauche ; en troisième lieu, quelques personnalités du mouvement soucieuses de se différencier médiatiquement en se drapant dans le progressisme et

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer