Plus le temps passe depuis l’attaque alliée contre la Syrie du 14 avril 2018, et plus les informations disponibles font apparaître l’ampleur du désastre. Si les États-Unis parviennent encore à empêcher les fuites provenant de leurs armées, celles provenant de France sont sans appel. Washington, Paris et Londres ont certes montré qu’ils entendaient toujours régir le monde, mais aussi qu’ils n’en ont plus les moyens.

  Source: voltairenet.org  

Voir sur Le réseau Voltaire